Se raconter des histoires pour passer le temps – Des jeux de rôle gratuits ou pas cher pour tous

This image has an empty alt attribute; its file name is image-32.png
Hop, je ne vais pas beaucoup te parler d’Historia, mais cette illustration est strictement indispensable (et tu as quand même un lien vers le quickstart du jeu en bas !)
Sérieusement, si tu résistes à cette illustration, tu es Jérôme Larré.

Contexte : depuis quelques jours, les Français sont en confinement afin de freiner la transmission du coronavirus et, on l’espère, d’y mettre un terme le plus vite possible. J’espère vivement que chacun y mettra du sien et limitera au maximum ses déplacements en fonction de ses moyens. De mon côté, c’est facile : je télétravaille depuis des années, je suis particulièrement pantouflard et mes voisins ne sont vraiment pas emmerdants. Je souhaite à tous ceux qui ne vivent pas une situation aussi privilégiée que ces mesures durent le moins longtemps possible (un mois ce serait bien, mais on sait qu’en fonction du respect des consignes et de l’évolution des choses, ça peut se prolonger), et je vous encourage à faire de votre mieux pour qu’elles aient un effet optimal. Bon courage à toutes et à tous, et surtout, gardez le moral !

Dans un tel contexte, des problèmes se posent, auxquels notre mode de vie actuel (j’ai envie de dire : notre mode de vie d’avant…) ne nous prépare pas. En particulier, il s’agit tout simplement de gérer le temps qui passe, l’ennui et une forme de stress généré par un environnement anxiogène. On ne va pas forcément tous se la jouer Jack Torrance et aller prendre une hache pour s’entretuer en famille, mais le confinement a toujours des effets néfastes : c’est lorsqu’on en prend conscience qu’on est le mieux à même de les limiter.

Tous ceux d’entre nous qui se retrouvent dans un environnement limité ont besoin d’évasion, et la culture n’a jamais été aussi importante. Regarder des séries télévisées ou des films, lire, écouter de la musique prend une importance primordiale. Internet nous permet également de conserver, voire de renforcer le lien social : le confinement ne nuit pas à notre capacité à communiquer les uns avec les autres (et ça ne se limite pas à internet : rien n’empêche de chanter avec les voisins d’en face, d’applaudir le personnel hospitalier – et aussi de faire des dons -, etc.).

Beaucoup de rôlistes, en particulier dans ma tranche d’âge large (très large, même, parce que je commence à prendre de la bouteille) en profitent pour partager leur loisir avec leur famille, et surtout avec leurs enfants. Mais s’évader par l’imagination, ça ne se limite pas au jeu de rôle “dur” : il existe des jeux d’imagination qui peuvent vous changer la vie (et surtout vous permettre de respirer) en aidant toutes les générations à sortir des ruminations angoissantes.

Je vais recenser ici quelques ressources intéressantes, gratuites ou peu onéreuses, pour celles et ceux d’entre vous qui auraient envie de pratiquer des jeux de rôle inédits, de les faire découvrir à leurs proches ou tout simplement d’approfondir leur pratique par de nouvelles découvertes. N’hésitez pas à mentionner d’autres initiatives en commentaires si le coeur vous en dit !
Dans les jours qui viennent, je vais étoffer la liste dès que je verrai des choses intéressantes : n’hésitez pas à revenir sur cette page pour y découvrir de nouveaux liens vers des jeux gratuits ou pas cher !

  • En première position, mon chouchou, Cozy Town : on croirait qu’il a été conçu pour des situations telles que celle que nous vivons en ce moment ! Un jeu qui utilise des mécanismes de jeu de rôle tout simples pour raconter une belle histoire de façon toute simple (il ne vous faudra qu’un jeu de 54 cartes, et on peut sans doute s’en passer, au pire). Il consiste à imaginer une ville fantaisiste (pensez à Animal Crossing ou à Stardew Valley par exemple). Ensuite, les joueurs piochent des cartes à jouer : chaque carte correspond à un événement qu’il faut raconter (exemple : “une nouvelle forêt magnifique apparaît près du village. Qui vit à l’intérieur ?”) Eeeeet… eh bien c’est à peu près tout : un jeu qui stimule et guide l’élaboration d’une ville imaginaire, un vrai jeu “doudou” parfait pour un beau moment d’évasion. Accessible à tous, il peut être pratiqué en famille, en permettant à chacun de s’exprimer et de développer des idées intéressantes. Et une fois la partie terminée, on part avec dans la tête un village merveilleux qui continuera peut-être à vivre de lui-même dans notre imagination. Strictement indispensable, très court, en français et en “pay what you want” (vous pouvez donc ne rien payer, mais si vous n’êtes pas ric-rac, un petit don ne peut pas faire de mal…) : https://willox.itch.io/cozy-town-vf?fbclid=IwAR2D0vsbrKeCYF9NN_x5aHl-A0I2ICAUV_KMIL6eJWOvlzL0d5qVRiRoaDw
  • Pour aller un millipoil plus loin, un “premier JDR” excellemment bien conçu et jouable à partir de 4 ans pour les plus petits loupiots, “Donjons et Chenapans”. Le mécanisme le plus simple qui soit, une création de personnage qui consiste à faire un joli dessin, et de quoi occuper des tout petits pendant une grosse demi-heure. C’est gratuit, c’est ici et c’est très joli.
This image has an empty alt attribute; its file name is 0001.jpg
La très jolie fiche de Donjons et Chenapans !
  • Très généreuse initiative de La Loutre Rôliste qui met à disposition jusqu’au 2 avril le PDF de l’excellentissime “Petits Détectives de Monstres”. Un jeu génial et beau, que l’on peut jouer avec des petits, puisqu’il est prévu pour des joueurs à partir de 3 ans. Vraiment, jetez-y un coup d’oeil, c’est TRES réussi ! Ne surtout pas hésiter, après la fin du confinement, à se procurer la version papier, qui contient des autocollants pour les détectives !
    Et comme si ça ne suffisait pas, le site de la Loutre contient des scénarios gratuits pour le jeu ! Un gros gros coup de coeur, que les parents rôlistes plébiscitent !
Merci à la Loutre Rôliste : le PDF de Petits Détectives de Monstres est un cadeau splendide !
  • Un jeu de découverte, aux règles très simples et au postulat de base élémentaire : on joue des scouts dans les bois… et il se passe des choses fantastiques (on pense à des comics comme Lumberjanes). À 4 euros sur Lulu pour le “starter kit” intitulé “premier bivouac”, c’est de la bonne !
    Testé hier soir en très bonne compagnie, le jeu s’est révélé hilarant et vraiment fun. Il faut toutefois le réserver à des joueurs plus âgés (ou l’adapter) dans la mesure où il donne un rôle proactif aux joueurs. N’empêche, belle découverte !
Summer Camp- Premier Bivouac
Résultat de recherche d'images pour "hitos jdr"
  • Encore chez la Loutre Rôliste, le système générique Hitos, gratuit lui aussi jusqu’au 2 avril en PDF.
    Et si le système vous plaît, faites-vous plaisir avec des scénarios à tout petits prix en PDF chez la Loutre : n’oubliez pas qu’un scénario de JDR, ce sont parfois des dizaines d’heures de jeu pour quelques euros seulement, et tout ça de façon conviviale (non, je ne vous demande pas de vous réunir entre rôlistes, mais plutôt d’en profiter pour découvrir le JDR online, avec des plateformes comme roll20 : ne vous embêtez pas avec des choses complexes, roll 20 permet de partager des photos avec les joueurs, de lancer les dés, il y a un chat vocal et un chat texte… c’est amplement suffisant pour jouer à des tas de JDR !).
  • Splendide initiative d’un des éditeurs et auteurs les plus sympas que je connaisse, un mec en or, j’ai nommé Emmanuel Gharbi, la mise à disposition d’un “Star Trek-like” parodique et pourtant très bien fichu, “Final Frontier” gratuitement sur son blog.
    Si vous êtes fans de The Orville, c’est peut-être le jeu qu’il vous faut : court, fun, et gratuit, ça ne se refuse pas !
  • Pour ceux qui veulent découvrir un “gros” JDR, et une belle réussite qui a fédéré une bonne communauté (et en plus en français !), le livre de base du jeu Knight est disponible gratuitement en PDF sur Drivethru.
  • Allez, je reparle de mon chouchou ? Barbarians of Lemuria, moins de 10 euros en PDF, un investissement garanti. Simple, fun, épique, et bourré d’infos, de scénarios, de choses ludiques. Que du très très bon. Avertissement : attention, il y a des illustrations qui ne conviennent pas à de très jeunes joueurs, avec des dames et des messieurs tout à fait dénudés (c’est la seule raison pour laquelle il est délicat de le conseiller en initiation).
  • Et puis, en particulier si vous êtes anglophone, allez chiner sur DrivethruRPG, le plus gros site de vente de JDR en PDF (et en dur) ! Quelques recommandations dans les lignes qui suivent.
  • Changeling 20th Anniversary, PDF gratuit, ça ne se refuse pas et c’est ici.
  • Le Quickstart d’un jeu à venir, le très alléchant Root, en “pay what you want” lui aussi !
  • Si vous voulez jouer longtemps et piocher des idées pour “une petite soirée vite fait”, les “One Page Dungeon Compendium” regorgent d’idées (il en existe une demi-douzaine, avec des idées de qualité variable, mais à moins de trois euros, vous en avez largement pour votre argent).
  • Warhammer meets Walt Disney ! (Euh non, en fait, pas du tout Disney, mais y a des animaux anthropomorphes) : Historia présente son Quickstart, et ça commence à faire très envie…

Et voilà pour la première journée. Si j’ai vent d’autres jeux répondant aux trois mêmes critères – familial (pour les petits et les parents) ou original (pour découvrir et s’aérer l’esprit), toujours gratuit ou à moins de 10 euros, en PDF -, je les ajouterai à cette petite liste !

En attendant, restez chez vous, participez à l’effort commun, mais n’oubliez pas de faire fonctionner votre cerveau autrement que pour y faire des noeuds.

Play dirty or play fair, but play !

Pour aller plus loin, je vous recommande l’excellent blog “C’est pas du JDR”, qui contient une liste encore plus vaste (et qui est une lecture hautement recommandable en général). Plein d’idées, dans un blog que j’apprécie énormément et qui fouine dans les recoins les plus intéressants du monde du jeu de rôle !

Mise à jour du 21/03/2020 : sur l’initiative de l’écrivain Romain d’Huissier, le jeu Devâstra est disponible gratuitement sous forme de PDF sur le site de LETO. Un très beau geste qui accompagne celui de l’éditeur, lequel a également souhaité mettre à disposition le jeu de rôle Cobra sur sa page téléchargement.

Mise à jour du 25/03/2020 : si vous lisez l’anglais, si vous avez plein de dés à six faces de trois couleurs (ou une appli de lancer de dés, ça marche aussi…), jetez-vous sur l’excellentissime Starter Kit du non moins excellent Mutant Year Zero, dont je vous parle ici et .

Et un petit scénar gratuit chez les XII Singes : http://www.les12singes.com/jdr/249-des-pdf-pendant-l-epidemie-covid-19-.html

Mise à jour du 26/03/2020 : toujours gratuit, depuis le début, “Trucs trop bizarres”. Après avoir maté toutes les saisons de Stranger Things deux fois, il est temps d’entreprendre soi-même des aventures étranges dans les années 1980 avec ce jeu gratuit et copieux, puisqu’il s’accompagne de pas moins de 4 fanzines en PDF à télécharger. De quoi s’occuper un bout de temps !

“C’est tout pompé sur nous !” Eh ben… ouais. Mais pas QUE. Et ça m’a l’air très bien ! (j’ai survolé le truc, et il y a beaucoup de choses intéressantes !)

Et un lien vers une autre excellente liste sur le site Bienvenue dans les Folandes !

Edit du 9 avril : une liste de jeu en pay what you want sur Drivethrurpg :

https://docs.google.com/spreadsheets/d/17XMB8CEDtXSn0ayXuk8J_czQQY5IHtYSqAMDYKtdT0w/htmlview?fbclid=IwAR2rWbI-jDq7h6RtBItnlNjqDClxE9NkEljlI8K_aNq4cHlSE4S7eUEgjBg#gid=0

Edit du 13 avril : tout Degenesis en PDF gratuit (en version anglaise), c’est ici : https://degenesis.com/

Pour le coup, c’est désormais dommage de se priver de cette gamme (dont j’aime beaucoup le livre de base, beaucoup moins la suite, mais vous pouvez désormais vous faire votre propre idée sans bourse délier…).

Edit du 17 avril : toi aussi, fais-toi manger par des dinosaures façon Jurassic Park, c’est ici à prix libre :

https://samnite.itch.io/escapefromdinoisland

Et, cerise sur le gâteau, la VF est à prix libre aussi sur Drivethru :

https://www.drivethrurpg.com/product/300858/Escape-from-Dino-Island–Le-Jeu?fbclid=IwAR0fffCsv3Zir36VaiphpTZgtK3I_tit-I-kC1-5N7tlF39f6qcoW5McJhY

En n’oubliant pas que Wizards of the Coast propose beaucoup de contenu gratuit pendant le confinement, ici :

https://dnd.wizards.com/remote/freematerial

Play after Reading : Mutant Year Zozo (d’après une histoire vraie)

Un “Play after reading” un peu spécial, car je vous balance le reading, le play et même l’after en même temps ! Yay !

Jeu : fidèle lect.eur.rice, amuse-toi à vérifier si j’ai respecté mes propres conseils, donnés ici !

Vous ne le savez peut-être pas, mais je traduis des jeux de rôle (d’ailleurs, si vous avez un exemplaire d’un jeu paru chez EDGE ces sept dernières années, vous trouverez mon nom aux crédits comme “superviseur” ou “relecteur”, car j’ai également supervisu et relecté des traductures rolesques, pour en éliminer toutes les menues fautes de français, ce qui signifie qu’en réalité j’ai également réécrit énormément dans ces jolis ouvrages, mais je m’égare, et pour la peine je vais crâner grave : si vous voulez voir une partie des ouvrages auxquels j’ai participé, vous n’avez qu’à suivre ce lien : http://www.legrog.org/biographies/sandy-julien).

Et ce qui est rigolo, c’est que quand on traduit, on joue beaucoup moins. Surtout quand on traduit beaucoup de choses. Paradoxalement, on ne joue pas forcément aux jeux sur lesquels on travaille. Mais de temps à autre se produit une étincelle, et on se dit, en bossant sur un projet : bon sang, j’ai envie d’essayer ce truc.

Le système Fria Ligan

Je travaille actuellement sur le jeu Alien qui paraîtra très prochainement chez Arkhane Asylum, et c’est précisément ce qui s’est passé. J’étais à l’origine dubitatif lorsqu’on m’a dit : “la boîte qui a fait Tales from the Loop adapte son système à l’univers Alien.” Ca ne m’a pas semblé franchement folichon, jusqu’à ce que je lise le jeu, ou du moins le kit de démarrage intitulé “Le char des dieux”. Le système est d’une efficacité extraordinaire, le scénario est tout bonnement génial et on a immédiatement envie de tenter de le jouer.

Alien, le JDR, bientôt en français chez Arkhane Asylum

Apprenant que le système “Fria Ligan” venait d’un autre jeu intitulé Mutant Year Zero, je me suis également intéressé à lui : après tout, pourquoi ne pas regarder le jeu qui est à l’origine du système (et qui a récemment été adapté sous forme de jeu vidéo), histoire de me renseigner. Je me suis donc procuré le PDF du livre de base, histoire de ne pas investir lourdement dans un machin destiné à une simple lecture, et puis…

Et puis ça a été la claque. J’apprécie énormément les bouquins comme Tales from the Loop (et encore davantage Things from the Flood) pour leur clarté : des règles simples mais dotées d’une réelle profondeur (parce qu’efficacement calibrées pour l’univers qu’elles épousent), une description du contexte claire et brève, le tout accompagné de plusieurs scénarios formant une campagne. Ce modèle est devenu pour moi idéal : un tiers de règles, un tiers de background, un tiers de matos directement exploitable…

Sans compter que les gens qui rédigent ces bouquins savent écrire, et je ne vous cache pas que c’est excessivement rare dans le monde du jeu de rôle. Certes, il y a de bons ouvrages très exhaustifs contenant de vastes extraits d’oeuvres littéraires, des nouvelles de bonne taille, quantité de points de règles, etc. Mais des livres comme les manuels de l’Appel de Cthulhu V7 tiennent davantage du catalogue d’options que du jeu de rôle efficacement pensé. Les règles “d’introduction” présentées dans la boîte de base parue récemment chez Edge – et que je vous recommande – tiennent en 24 pages, création de personnages comprise. Et il ne s’agit pas de règles abrégées : elles contiennent tout ce dont vous avez besoin pour jouer. Un vieux ronchon pourra déclarer qu’il manque tout de même les sortilèges et le bestiaire, ce qui est exact, mais on ne me sortira pas de l’idée qu’il y avait moyen, en abrégeant le texte, d’obtenir en un maximum de 48 pages un livret de règles aussi efficace et bien plus pratique que les 466 + 274 pages des deux manuels de la V7.

Bref : j’aime la clarté et la concision, parce que je n’ai pas le temps de me fader 800 pages avant de jouer une partie de JDR. Si je veux lire, je me tourne vers d’autres produits que des livres de jeu de rôle. Je vais préciser une chose : ce n’est pas un jugement de valeur. En outre, il y a quelques décennies, j’aurais apprécié d’acheter du JDR “au poids”. À 47 piges, je n’ai plus les mêmes envies ni les mêmes priorités.

Pour moi, un bon jeu (ou du moins un jeu adapté à ce que j’attends d’un JDR) est bref, concis, et prévu pour que vous ayez envie de lâcher le bouquin, de rassembler des amis et de lancer des dés bizarres.

Eh ben croyez-moi si vous voulez, ce jeu-là, c’est Mutant Year Zero, un machin qui était passé complètement sous mes radars (et ceux de pas mal de rôlistes en France).

Mutant Year Zero, qu’est-ce que c’est ?

Après une “apocalypse” (comme il en arrive toutes les cinq minutes dès qu’on a le dos tourné), le monde est dévasté, envahi de “pourriture” (lisez “irradié”) et infesté de saloperies de monstres dégueulasses. Ne reste que le Peuple. Quelques centaines de mutants réfugiés dans un repaire qu’ils ont baptisé l’Arche, et dirigés par l’Ancien. Seul l’Ancien se souvient du monde d’autrefois : les mutants, eux, se rappellent simplement avoir toujours vécu entre eux, sous sa protection. Mais le monde change. Les ressources s’épuisent et les mutants sont confrontés à deux problèmes : d’une part ils sont stériles, et d’autre part ils n’ont quasiment plus rien à manger. Il leur faut se résoudre à s’aventurer dans la Zone, c’est à dire partir à l’aventure dans un monde dont ils ne connaissent presque rien et qui regorge de dangers mortels.

Un jeu qui fait mouche.

En terme de background, c’est simple et efficace : un univers à la fois connu et original, et des enjeux posés d’emblée.

Le système est à l’avenant, axé sur la létalité de l’environnement et des combats : les affrontements sont nerveux, et les règles prévoient plusieurs options pour les fuir… Surtout, la mécanique de jeu repose sur des éléments essentiels : la prise de risque et la narration associée à des tables aléatoires.

Prise de risque, car il est difficile d’obtenir des succès du premier coup à une action : on lance un certain nombre de dés à six faces (des dés spéciaux, mais que l’on peut remplacer par n’importe quels dés ordinaires) et chaque dé qui donne un symbole de réussite (ou un 6 pour un dé ordinaire) correspond à une réussite. En termes de stats, lorsqu’on lance 4 dés (une moyenne pour les actions normales), on a à peu près une chance sur deux d’obtenir une réussite. L’air de rien, ce n’est pas énorme. C’est ici qu’intervient la relance : on peut “forcer” un jet de dés en relançant tous les dés ne comportant pas un 1 ou un 6 (ou des symboles spéciaux dans le cas des dés spéciaux). Dans ce cas, on a désormais, pour 4 dés, 3 chances sur 4 d’obtenir une réussite, statistiquement, ce qui fait une énorme différence. Mais dans ce cas, tous les dés qui font 1 occasionnent un “dégât” infligé à un des attributs de base : en “forçant”, on se fatigue, on doute, on s’essouffle, on s’épuise mentalement. Deuxième effet : certes, on s’épuise, mais chaque échec vous octroie un point de mutation. Or, les points de mutation servent à déclencher vos pouvoirs…

Autant vous dire que la mécanique m’a immédiatement séduit : pour utiliser l’atout principal des personnages, il faut se mettre en danger, et chaque échec s’accompagne tout de même d’un “lot de consolation” exceptionnel, les fameux points de mutation.

Deuxième aspect caractéristique du jeu : il est conçu pour fonctionner en bac à sable, avec énormément de tables générant des éléments aléatoires, à commencer par les pouvoirs, qui ne sont pas choisis mais tirés aux dés. Tout ceci est très simple, mais le système comporte une quantité de petites règles annexes qui le rendent vite complexe : ne sous-estimez pas cette complexité si vous vous penchez dessus. La base du système a beau avoir l’air simple, il va falloir se rappeler quantité de petites choses pour tout gérer efficacement.

Play after reading

Le livre de base contient en outre de quoi développer une énorme campagne, et il ne s’agit pas simplement de conseils au MJ, mais d’éléments concrets à incorporer dans le bac à sable. Un chapitre entier présente LA campagne du jeu, celle qui révèle tous les secrets de l’univers MYZ (du moins tous ceux nécessaires jusqu’ici : les ouvrages suivants de la gamme présentent d’autres éléments, ils ajoutent du contenu et ne sont pas là pour combler des vides comme c’est souvent le cas dans des gammes à secrets. On est donc très loin du syndrome Degenesis, ce jeu qui a si bien commencé pour donner lieu à une gamme complètement bancale, aux scénarios catastrophiques et ne révélant ses secrets qu’au compte-gouttes). Elle est efficace, simple et pleine d’idées formidables : là encore, j’ai été complètement séduit.

Je me suis également procuré le Starter Booklet de MYZ et je ne vais pas y aller par quatre chemins : jetez-vous dessus. En le lisant, j’ai immédiatement pris la décision de tenter de le jouer en campagne. Ce que j’ai fait.

Looooove, exciting and new… L’Arche présentée dans le Starter Booklet. Pour les Pina Coladas préparées par Isaac, c’est râpé.

Mise en place de la campagne

Cela faisait des années que je n’avais plus maîtrisé de jeu en campagne, et j’ai donc limité le nombre de joueurs à quatre, car je ne me sens pas capable de gérer un groupe plus important. J’ai opté pour un jeu en ligne par l’intermédiaire de roll20.

Mon objectif consistait à proposer une expérience de jeu simple et fun, sans prise de tête : j’ai donc rassemblé un maximum de choses pour faciliter la vie à mes joueurs (et m’éviter les complications).

J’ai commencé par intégrer la fiche et l’API Mutant Year Zero à ma partie de roll20 (il me fallait un compte payant, que m’a obligeamment prêté mon MJ préféré et néanmoins ami Mike Croitoriu, que je remercie infiniment, et qui fait partie de mes joueurs). L’API permet de faire des jets de dés avec les dés spéciaux de MYZ, mais nécessite une syntaxe un peu complexe (il faut taper une ligne de code à rallonge chaque fois) : j’ai donc créé une macro qui demande simplement aux joueurs leur niveau en attribut, en compétence et en équipement, et qui entre d’elle-même la ligne de code nécessaire (c’est simple à mettre en place et on gagne énormément en confort). Comme la macro me semblait pratique, j’en ai également fait trois autres pour les jets de D6, D66 et D666. En mettant ces macros sous forme de boutons, on gagne beaucoup de temps et de “temps cerveau”.

J’ai isolé l’illustration représentant l’Arche du Starter Booklet : plutôt que de faire créer leur Arche à mes joueurs, je leur ai imposé celle-là. Pourquoi ? C’était le moyen le plus simple de leur présenter l’univers de jeu en situation. Si j’avais voulu leur laisser la liberté de créer leur propre Arche, il aurait fallu que je leur explique beaucoup plus de choses : or, mon but était d’expliquer le background en cinq minutes chrono.

Par conséquent, j’ai également isolé les illustrations de chaque PNJ de l’Arche du Starter Booklet, et j’ai pioché des illus pour ceux qui n’étaient pas représentés visuellement. J’ai fait une galerie de PNJ avec leurs noms et un petit topo les présentant en dessous, pour que les joueurs aient ce trombinoscope sous les yeux.

J’ai récupéré quelques documents sur le groupe facebook de la communauté Mutant Année Zéro française, qui est tout simplement géniale : les fans ont produit beaucoup de matériel intéressant, et en particulier des écrans de MJ très pratiques avec de bons résumés de règles. Je tiens à remercier ici les membres de cette communauté généreuse, car les ressources mises à disposition m’ont été précieuses.

J’ai également ajouté deux documents particuliers : sur un dossier Google Drive, j’ai créé des documents Google Sheet (l’équivalent de documents excel) pour chacun des joueurs. Ces documents leur permettaient de choisir un des huit rôles (archétypes de perso) et leur donnaient automatiquement les informations les plus importantes pour les rôles en question (leur compétence principale, la répartition idéale de points entre les attributs, leur attribut spécifique). Il ne restait “plus qu’à” répartir les points de compétence et choisir les talents. Les fiches en question contenaient également des zones “description, nom, rêve, ennemi…”, c’est à dire tous les éléments narratifs que doit contenir chaque fiche de perso. De mon côté, je disposais d’une Google Sheet spécifique qui récupérait ces informations et les rassemblait dans une seule fiche : cette astuce très pratique m’a permis d’avoir toutes les infos essentielles au même endroit, instantanément. Pas la peine d’aller plus loin en terme d’outils informatiques : le but consistait à gagner du temps sur les aspects les plus fastidieux de la création de perso.

Et là vous allez me demander : ça a marché, ton truc ? Eh ben…

Play after reading : le play

Comme d’habitude, j’ai prévu de jouer en temps chronométré. Dans ma tête, on mettait grand max une heure à faire les persos, et on jouait environ deux heures. En réalité, ces proportions se sont à peu près inversées. Je vais vous dire ce qui a fonctionné comme prévu et ce qui a foiré.

Ce qui a foiré, d’abord : j’ai été trop optimiste en m’imaginant pouvoir expliquer l’univers en un quart d’heure. Il a fallu un peu plus de temps : les joueurs ont posé des questions, ce qui était une très bonne chose, car je me suis aperçu que je n’avais pas forcément expliqué tout ce qu’ils étaient en droit de connaître. Au bout du compte, ces explications à rallonge ont été assez efficaces, mais j’ai quand même rushé pas mal.

La création des fiches a pris du temps, car il fallait évidemment expliquer des choses comme les compétences spéciales (chaque personnage en a une), les compétences normales (ça tombe sous le sens, mais bon… il y a quelques compétences spécifiques à l’univers !), le fonctionnement des dés. Sur ce coup-là, je me suis félicité d’avoir fait mes petits Google Sheets, et en particulier pour une raison : les PDF, c’est la merde.

J’ai le jeu en PDF, pas en dur. J’ai donc dû naviguer sur mes fichiers PDF pour retrouver certaines infos (des tables en particulier, dont celle des artefacts), et ce n’était pas pratique du tout. Là où j’aurais sans doute été très efficace avec un bouquin en dur, j’ai été vraiment naze avec les PDF (je n’ai pas appris à les annoter efficacement, du moins pas de façon aussi efficace qu’avec des bons vieux post-it dans un bouquin papier), j’ai perdu un temps fou à retrouver des infos. Bon, heureusement, j’avais utilisé une ruse de Jedi : j’avais pris mon bouquin de base, dont j’avais retiré toute la section spécifique au MJ, et je l’avais mis à dispo des joueurs, qui pouvaient donc tous le consulter à mesure qu’ils créaient leurs PJ. N’empêche : j’aurais dû noter les pages importantes (rôles, pouvoirs, matos) pour faciliter l’opération. Si vous procédez comme moi, pensez-y !

Du coup, la création de perso a été un peu laborieuse pour mes joueurs : je leur balançais une foule d’infos et de choix complexes après avoir pas mal rushé la présentation. Mais j’ai deux stratégies, qui découlent d’une règle que je m’impose : si je ne peux pas expliquer un univers en un quart d’heure, c’est qu’il n’est pas intéressant. S’il me faut une heure pour proposer quelque chose de séduisant, c’est vraiment trop long et chiant. Il faut que les éléments soient frappants, précis et alléchants. En la matière, les conseils de Johan Scipion (auteur de l’excellent Sombre, que je vous recommande encore une fois parce qu’il est tout simplement indispensable) ont été mon modèle. Pourquoi je m’impose ça (alors qu’on n’est pas en convention ou dans un environnement limité en temps) ? Parce que j’ai subi jadis des explications super chiantes de la part de MJ très sympas, amoureux de leur univers mais incapables de le présenter de façon sexy. Pour tout dire, j’ai bien dû infliger ce genre de chose à des joueurs, et donc : plus jamais ça.

Des PNJ avenants

Maintenant, les deux stratégies gagnantes : la première, je la tiens de Mike Croitoriu himself. Elle consiste à dire : si jamais, dans les parties à venir, les joueurs voient qu’un élément de leur fiche de perso ne leur plaît pas, ils le changent. S’ils ont foiré la répartition des points de caractéristique, eh bien ils la modifient. S’ils ont pris un talent inutile, hop, un autre… Etc. Pas la peine d’être psychorigide sur les règles : si un joueur se sent limité par sa fiche, il ne vit pas une bonne expérience de jeu. S’il a l’impression d’avoir investi des points dans une compétence inutile, même chose.

Deuxième stratégie : c’est pendant la partie que les joueurs vont réellement assimiler l’info. Vous avez beau expliquer en long, en large et en travers que les zone gouls sont des créatures dangereuses, ça passe beaucoup mieux quand les joueurs en rencontrent une et qu’elle leur met la misère. Par conséquent, une explication de background foireuse (je pense que la mienne était correcte sans plus, mais un peu précipitée) n’est pas bien grave dès lors que la partie elle-même explicite l’univers de jeu.

Cette stratégie a été payante : le véritable contact des joueurs avec l’univers de MYZ a eu lieu pendant la partie (nous avons un peu débordé des trois heures au total, pour jouer environ une heure et demie). Dès les personnages créés, j’ai proposé de commencer à jouer en bac à sable, pour présenter “une journée dans la vie des PJ”. J’ai fait intervenir tous les PNJ que j’avais énumérés lors de la présentation de l’Arche du Starter Booklet, afin de leur donner une personnalité réelle et d’ancrer les PJ dans l’univers. Et c’est là que la partie a vraiment pris sa substance et que l’univers est devenu intéressant pour les joueurs : quand ils ont pu se l’approprier. C’est allé très vite, il y a eu de vrais traits de génie de la part de tous les joueurs, et on est arrivé au moment crucial : je suis devenu fan des personnages de mes joueurs.

Ils avaient déjà créé des personnages excellents, à la fois par leur personnalité, par leur look et par leurs aspirations. Mais dès que ces personnages ont commencé à évoluer, ils ont défini une dynamique excellente, balançant des idées et des éléments fun. Pour démarrer la partie, je me suis dit qu’il fallait employer un événement simple, pas trop dangereux, mais qui provoque automatiquement des réactions. Voici mes règles personnelles pour ce genre d’événement :

  • l’événement touche directement ou indirectement les PJ : il doit les mettre dans une situation où ils sont forcés de faire un choix qui a des conséquences directes sur eux. Pas de dilemme simplement moral si ça n’a aucune conséquence directe.
  • il n’y a pas de bon ou de mauvais choix : quoi qu’il advienne, le choix des joueurs est forcément le bon, donc on joue pour voir ce qui va se passer.
  • on interprète toujours au maximum les premiers jets de dés : échec ou réussite, il se passe toujours quelque chose qui ne se limite pas à “tu as réussi” ou “tu as échoué”. Le résultat du jet de dé modifie forcément la situation. Il se passe quelque chose pour le PJ impliqué, mais la situation elle-même évolue en conséquence.

En guise d’événement de démarrage, voici ce que j’ai choisi : un des Boss de l’Arche, Maximon, a décidé d’orienter la politique de ses habitants vers la défense. Il ordonne donc que ses hommes de main (une majorité d’Enforcers) soient privilégiés afin de mieux défendre l’Arche. Il déclare donc que chaque habitant de l’Arche doit contribuer à cet effort en donnant 1 point de ration à une “cagnotte de défense” qui ira évidemment dans l’estomac de ses sbires. C’est une mesure injustifiée, arbitraire, et dangereuse : les habitants de l’Arche crèvent déjà de faim. Les hommes de Maximon passent parmi les rangs de l’assemblée pour demander à chacun de contribuer. Que font les PJ ?

Il n’en a pas fallu davantage pour lancer mes joueurs, qui ont été impeccables. Nous avons doucement évolué vers les premiers événements de la campagne proposée dans le Starter Booklet, et nous avons terminé la partie sur un cliffhanger. La partie a permis de faire beaucoup de jets de dés pour bien assimiler le système de jeu, d’essayer certaines compétences spéciales (jury rig notamment) et de prendre les marques dans l’univers de jeu.

Conclusance

MYZ est un jeu excellent qui tient immédiatement ses promesses. Le système est élégant et profond, il fait la part belle aux actions d’éclat, et j’ai hâte que nous passions aux choses sérieuses. Quelques conseils :

  • procurez-vous le Starter Booklet (il est gratuit !), mais mieux vaut disposer également du livre de base pour l’exploiter pleinement (cela dit, il contient déjà l’essentiel) ;
  • utilisez les dés spéciaux si possible, et si vous jouez sur roll20, utilisez l’API dédiée (de préférence en faisant une petite macro pour les jets de dés et en mettant ça avec un bouton. Je vous donne la méthode en bonus à la fin de l’article.
  • jouez le plus tôt possible. Pas la peine d’expliquer l’univers pendant des plombes : celui de MYZ est suffisamment simple pour que vous vous contentiez des grandes lignes. C’est pendant la partie que les choses vont vraiment prendre vie. Plus tôt on joue, plus vite on comprend la vraie dynamique du jeu.
  • utilisez la stratégie : on peut changer sa fiche en cours de campagne. Ca marche pour tous les JDR, en particulier lors d’une toute première partie.
  • les pouvoirs de MYZ sont tirés aux dés. C’est un aspect sympa du jeu, mais des joueurs peuvent être un peu frustrés d’avoir reçu un pouvoir “pas fun” (tous les pouvoirs sont fun, mais pas pour tout le monde). J’ai donc utilisé une règle alternative : chaque joueur peut accepter le pouvoir reçu, ou faire un deuxième jet de dés si vraiment il tombe sur un truc moisi. Ensuite, il a le choix entre les deux pouvoirs. Ce n’est pas grand-chose, mais ça laisse un tout petit peu de liberté supplémentaire. Ensuite, en cours de partie, les éventuelles mutations supplémentaires sont toutefois tirées normalement, au hasard.
  • donnez un artefact tiré au hasard aux joueurs : c’est vraiment recommandé. Et donnez-leur aussi un “scrap”, un de ces objets complètement inutiles. Déjà, le tirage sur la table est amusant, et si vous avez des joueurs motivés, il y a de quoi s’amuser énormément !

Voilà, j’ai donc beaucoup aimé Mutant Year Zero et j’ai hâte de poursuivre l’expérience, en particulier grâce à mes joueurs qui ont vraiment assuré : merci à Adams, Bullet, Clong et Haut-Zone, des personnages dont je suis déjà fan !

Les illustrations de cet article proviennent du Starter Booklet de Mutant Year Zero, ainsi que du JDR ALIEN.

Résultat d’un jet de dés sur roll20 avec l’API de MYZ. Clair et pratique (et il suffit d’un clic pour forcer le jet de dés : l’API se charge de tout !)

Bonus : Créer une macro pour utiliser l’API de jet de dés MYZ sur roll20
On clique sur le petit bitonio représentant une liste à puce en haut à droite pour avoir accès aux menus adéquats, et surtout aux macros. Là, on clique sur Ajouter, on nomme la macro jet, ou test, ou ce qu’on veut. Dans le texte de la macro, on entre :

!myz [[?{Skill|0}d6]] [[?{Attribut|0}d6]] [[?{Gear|0}d6]]

Vous pouvez changer les mots attribut, skill et gear. Tant que vous y êtes, cochez la petite case “dans la barre” en face du nom de macro : elle se manifestera alors sous forme d’un bouton en bas de l’écran (sous les portraits).

Il suffit de cliquer sur le bouton, puis de donner le nombre de dés d’attribut, de skill et de gear, et hop, le jet de dés se fait sans entrer de commandes trop longues.

Séance rattrapage !

Ce vékande, triple séance de rattrapage ciné avec quatre films (enfin, quatre et demi) :

Résultat de recherche d'images pour "ghostland mylène farmer"

* Ghostland : une Mylène Farmer sobre dans un film vraiment bien fichu, et qui remue vraiment. Et un très beau discours sur le rapport à la fiction et “l’escapisme”. Le film bascule abruptement à un moment et vous fait dire “noooooon”. On peut lui reprocher une certaine complaisance dans sa façon de montrer la violence, et une certaine platitude dans les dialogues du début… mais tout ça est clairement délibéré. Une belle surprise au bout du compte, et l’idéal pour une soirée miquettes à regarder sous le lit au cas où ces foutues cochonneries d’forces du mal y seraient cachées.



Résultat de recherche d'images pour "scary stories to tell in the dark poster"

* Scary Stories to Tell in the Dark : ne vous laissez pas repousser par les affiches euh… les affiches du film, qui ont l’avantage d’exister, mais c’est à peu près tout. L’intrigue ne va pas révolutionner le film de trouille, ni le film d’ados, ni le film de rien du tout, mais c’est bien fichu, et surtout les personnages sont très sympas. Ne vous laissez pas non plus abuser par le “Guillermo del Toro” en gros sur l’affiche : on est quand même très loin des délires de notre réal mexicain préféré. Du solide, fun et qui ne va pas forcément vous remuer les tripes, donc vous pouvez manger épicé avant.


Résultat de recherche d'images pour "a vigilante"

* A Vigilante : un film qui évoque la violence contre les femmes tout en s’interdisant (contrairement à Ghostland, parfois complaisant dans sa façon de montrer l’horreur) les visions trop choc. Le principe est très sympa, mais c’est surtout dans la description de la maltraitance et du cheminement pour échapper à la perversion que le film est juste. L’idée de cette femme qui a échappé aux violences conjugales et qui joue les “equalizer” est un poil grossière : c’est trop beau pour être vrai… Mais lorsqu’il aborde les divers aspects des violences en question (et en particulier la difficulté pour les femmes de s’affranchir de leurs tortionnaires), il évoque beaucoup de choses très justes. On peut lui reprocher de ne pas creuser énormément le sujet, mais il se laisse regarde agréablement, et Olivia Wilde (de House) fait bien le taf.

Résultat de recherche d'images pour "a simple favor"

* A Simple Favor (rebaptisé L’Ombre d’Emily en VF… ce qui est vraiment foireux, mais bon…) : Blake Lively, Anna Kendrick, dans un film qui confronte deux personnages aux antipodes l’un de l’autre. Kendrick fait le show (et elle est adorable comme d’hab), Lively porte des tenues ahurissantes (et elle les porte bien) et l’intrigue pseudo-hitchcockienne tient la route (même si elle a tendance à se diluer sur la fin et si la comédie noie souvent l’effet choc). Bon, si vous appréciez Anna Kendrick, c’est un film obligatoire. Si vous n’appréciez pas Anna Kendrick, quel genre de monstre êtes-vous ?


Résultat de recherche d'images pour "the lighthouse"

Un challenger :
* The Lighthouse : un noir et blanc splendide (en même temps, c’est toujours beau, le N&B, vous avez déjà vu une critique de film où on vous dit : le N&B est complètement chié dans ce film ?), Robert Pattinson excellent, Willem Dafoe égal à lui-même (c’est à dire constamment génial)… La qualité de la photo est excellente, et c’est vraiment bien fichu…
Mais je vous avoue que devant ce genre de film, je me fais toujours un peu chier. C’était déjà le cas avec The Witch du même réalisateur : tout respire l’intelligence, la maîtrise et le soin… mais en terme de satisfaction émotionnelle, c’est un peu “hit or miss”. Soit on se laisse emporter par un spectacle qui reste exigeant soit on a l’impression que ça tourne quand même beaucoup en rond.
Il y a beaucoup de gens qui considèrent par exemple les films Marvel comme des films jetables : on les voit, on les oublie…
Pour moi, the Lighthouse est également un film jetable. Je l’ai vu, il m’aura marqué par certaines images, mais je n’ai aucune envie de le revoir. Qu’est-ce que ça dit sur le film ? Sur moi ? Bref, pas une claque magistrale : c’était magistral, mais un peu comme un cours en amphi. Pour que je m’y intéresse de nouveau, il faudrait peut-être que je lise une analyse détaillée et que je me rende compte que le film raconte des tas de choses, parce que là, j’en suis plutôt au stade “tout ça pour ça…”.

Bon, faut que je voie plein d’autres choses, j’ai loupé plein de films sympa !

Le Règne de la Terreur

Le Règne de la Terreur, pour l’AdC chez Chaosium et bientôt chez Edge en français.
Maintenant que j’ai terminé le bouquin, je peux en parler globalement.
J’avais une crainte légitime concernant un scénario basé sur ce qui reste L’EVENEMENT de l’histoire de France, et qui, en toute honnêteté, n’est pas ma période préférée.
Résultat des courses : le contexte est (très) intelligemment exploité, avec un choix très restreint de personnages historiques qui ne parasitent pas l’intrigue (les accroches de scénario de fin d’ouvrage proposent d’autres pistes, mais le double scénario est très resserré et se déroule dans un minimum de lieux).
Le choix des prétirés est fait avec goût : on interprète des soldats, ayant donc tous la même occupation, mais suffisamment décrits pour que chacun ait l’occasion de briller. Le coup de maître du scénario consiste en un prologue “cinématique” narré par le Gardien : précisément le genre de chose que je déteste d’habitude… mais pas là. Il est bref, dramatique, et présente une série d’éléments que les joueurs doivent découvrir, et qui représentent tous une partie de la vie de leurs personnages. Le tout est très élégant, et le casting m’a beaucoup fait penser à Fanfan la Tulipe.
L’ouvrage lui-même est un reflet sinistre du film de cape et d’épée façon Jean Marais. Et malgré les raccourcis inévitables dans un scénario de JDR, il se permet une modeste approche sociologique qui est loin d’être déplaisante.
Bref : j’ai beaucoup aimé traduire et lire Reign of Terror, et j’imagine que les joueurs qui s’en serviront comme annexe à Terreur sur l’Orient Express en profiteront encore davantage, puisqu’il éclaire un passage particulier du contexte avec brio.
Plus qu’à attendre que tout ceci sorte en français, dans la mesure où je rends le fichier de traduction final demain !

Sandy Julien

Sandy Julien

Traducteur indépendant

Works in Progress

  • Secret World Domination Project #1 44% 44%
e

Catégories